Print

These are some of the recent projects that Prof. Salif Diop is being involved:

   

1. Project Book on "Water Resources Management in the Climate Change Context in Africa" in collaboration with Springer/Nature Publisher.

Recognizing the critical role of water in supporting livelihoods and economic growth in Africa continent, the focus of this book is on the key water-related vulnerabilities to climate change in Africa, particularly in its most vulnerable areas.

African countries are particularly exposed and vulnerable to the negative impacts of climate change, with important impacts on water resources and hydrological systems, water availability, water resource management and sea level variations. Already, under various anthropogenic pressures, the status of water resources in Africa has been changing over the past decades, with decreasing water quality, falling groundwater levels, and variability in rainfall, both in terms of timing and intensity. Climate change will further accelerate the rate of change, affecting the ability of people and societies to respond in a timely manner.

It is clear that there is no quick fix to the pressures imposed on water resources by climate change. Increasing the resilience of ecosystems and communities to extreme events such as flooding and drought, and integrating climate change risks and opportunities into development decision-making is indeed a key challenge, as much a technical climate-change one, as a political and developmental challenge.

The book, in this regard, intends to contribute to the debate around climate change in relation to water resources management in Africa, and in particular inform policy decisions and actions that will improve governments’ and communities’ ability to manage the challenges of climate change and variability in relation to the aquatic ecosystems that they depend on.

Tentative structure of the Book

Part one: Introduction - climate change, water and human systems vulnerability in Africa

Topics to be covered in this section include:

  • A perspective on climate change in Africa from a global point of view: Africa in the rest of the world
  • The general status of scientific understanding of climate change impacts on water resources in Africa
  • The baseline: climatic variability and hydrological and hydrogeological systems responses
  • The climate change - food, water and energy nexus in Africa
  • Climate change impacts on water resources: from risks & vulnerabilities to adaptation & resilience

Part two: Governance and institutional setting for climate change and water resources management in Africa

Topics to be covered in this section include:

Part three‑ Current knowledge of climate change and water resources in Africa

Based on IPCC fifth Report, the following changes are likely to happen before the end of the century:

  • An increase in temperature of 2 to 4 degrees Celsius or more;
  • A decrease in rainfall of up to 20% and a rise in sea level that could eliminate agricultural land and move millions of people from their lands.

Papers to be considered for this book will reflect on these projections, around a variety of topics:

  • Downscaling climate change models and predictions to Africa regional and local level
  • Hydrology, regions at risks and global change in Africa
  • Climate change impact on hydrological regimes and extreme events
  • Climate change impact on aquatic ecosystem health and biodiversity
  • Climate change impacts on watersheds: from local basins to large watersheds;
  • Climate change impacts on coastal water resources and estuaries
  • The impacts of climate change on water resources related socio-economic activities (including freshwater supply, agriculture, fisheries, livestock, etc…)
  • The climate/energy/water/food nexus in Africa
  • Cumulative pressures from climate change and human activities
  • Aquifers and the interface surface/groundwater resources in a changing climate environment in Africa

Part four: Towards improved management of water resources in the context of a changing climate

Topics to be covered in this section include:

  • Adaptation and mitigation, including losses and damages challenges and options
  • Mainstreaming climate change and water resources management into national development plans and regional policy frameworks
  • Financing climate change and water resources management and responses in Africa
  • The science/policy interface: interactions between researchers and academics, policy makers, practitioners and water managers
  • Community adaptation: small scales initiatives on water resources management in a changing climate environment in Africa
  • Linkages with green growth and sustainable development
  • Regional and transboundary issues, solutions and approaches.

Part five: Future perspectives and the way forward.

Topics to be covered in this section include:

  • Key conclusions from the preceding sections
  • Outlook and gaps towards sustainable development, responsive institutions, improved integrated water resources management and climate change in Africa
  • Improving climate change science, sharing knowledge, data collection, information, and continuing investment in knowledge and in people
  • Proposed research, science, technology and innovation to address current and future challenges on climate change and water resources management in Africa
  • A perspective on how Africa will play an essential role in any future global environmental management.

 

  2.  Les sciences de l’océan et la nécessité de mieux intégrer les connaissances dans la prise de décisions en Afrique dans le cadre des activités de l'Académie des Sciences et Techniques su Sénégal (ANSTS).

 De nos jours les océans et particulièrement les zones côtières sont reconnus comme des milieux vitaux pour le développement et la prospérité de l’Afrique, puisqu’ils fournissent des emplois, la sécurité alimentaire et une source importante de loisirs et de valeur spirituelle à plusieurs millions de populations du continent.

Les écosystèmes marins et côtiers de l'Afrique, (y compris la diversité, la richesse et la complexité des habitats en particulier les mangroves, les herbiers marins, les récifs coralliens, les dunes de sable et les plages) sont d’une importance écologique et socio-économique capitale à travers la fourniture d’une multiplicité de biens et de services inestimables à une population sans cesse croissante. En effet, les zones marines et côtières africaines sont le siège d’une pluralité d’activités économiques en particulier la pêche, le tourisme côtier, le transport maritime, l’extraction de ressources minérales et autres ressources renouvelables et non renouvelables, le pétrole, le gaz, etc. Les statistiques actuelles indiquent qu’environ 30 % de la population de l'Afrique de l'Ouest vit sur la côte ouest de l’océan Atlantique.

Toutefois, en dépit des énormes ressources qu’ils ne cessent de procurer à l’Afrique, les océans sont de plus en plus menacés avec comme défis majeurs le changement climatique qui affecte déjà de nombreux pays côtiers africains, y inclus l’augmentation des concentrations du CO2 atmosphérique at autres gaz à effet de serre liés aux activités humaines telles que la combustion des énergies fossiles, qui a conduit à l’acidification d’environ 30 % des eaux océaniques de surface par rapport à l’époque préindustrielle. La réduction de l’oxygène dissous et le réchauffement des océans sont deux facteurs importants liés aux rejets et aux émissions du CO2 dû à l’homme.

Ainsi, force est de constater que la demande en termes de ressources marines et côtières ne cesse de croître pour les populations littorales de l’Afrique, tout comme les pressions multiformes qui s’exercent sur l’environnement marin (surexploitation et/ou exploitation peu contrôlée des ressources naturelles, pollution due aux activités terrestres et marines, dégradation des habitats naturels, effets et impacts cumulatifs des changements du climat, etc…).

Pour faire face à cette situation déjà critique, la préservation des milieux marins sains, productifs et résilients, basée sur une gestion durable et intégrée des biens et services écologiques des océans,  constituent l’un des éléments-clefs pour soutenir le développement humain, l’éradication de la pauvreté et la croissance économique en Afrique. Il est donc impératif de passer à des modes d’exploitation et de gestion plus équilibrés des océans en Afrique ; ce qui exige le renforcement des connaissances scientifiques ainsi que l'innovation et l'ingénierie, la technologie et le développement des capacités des chercheurs africains, en particulier dans le domaine des sciences de la mer afin de mettre de plus en plus l’accent sur les perspectives de sécurité et de sureté maritime et donc de paix, de prospérité et de gestion à long terme de nos environnements marins et côtiers.

C’est  dans cette perspective que l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS) a participé à une Conférence Internationale sur le « Développement durable des océans en Afrique », organisée à l’Ile Maurice en 2016 par l’Ile Maurice et le Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique en collaboration avec l'Association Américaine pour l’Avancement des Sciences (AAAS), l’Académie Mondiale des Sciences (TWAS), l’Université de l’Oregon (OSU), la National Academy of Sciences des Etats-Unis (NAS) et l’Académie Mondiale pour les Jeunes.

A l’issue de cette rencontre internationale, et au regard du faible niveau d’avancement de l’Afrique dans ce domaine, il a été fortement recommandé le développement d’une « Initiative sur l’Avancement des Sciences des Océans en Afrique », dont l’objectif final est de mettre l’accent sur l’importance des sciences de la mer par la recherche et la formation, la science et le développement d’innovations technologiques, la communication et l’information scientifique et la nécessité de mieux intégrer les connaissances dans les processus décisionnels en termes de politiques publiques de gestion et de gouvernance des océans en Afrique.

De surcroit, l’une des recommandations formulées lors de cette conférence de l’Ile Maurice avait ètè la proposition d’organiser la seconde édition au Sénégal. Et c’est dans ce contexte et en prélude à la seconde édition de cette conférence internationale, que l’ANSTS s’est proposée d’organiser une Consultation Nationale sur les Océans/CNO en mai 2018, dont le thème est : « L’importance de l’avancement des sciences de l’océan et la nécessité de mieux intégrer les connaissances dans la prise de décisions en Afrique ».

Les discussions et réflexions de cette Consultation Nationale seront articulées autour des cinq (05) principales thématiques suivantes :

  • Socio-économie des communautés littorales (activités et impacts sur les éco-socio-systèmes littoraux du Sénégal…). Quel est le rôle de la science ?
  • Problématique sur les questions émergentes liées aux océans (pollution, changement climatique qui affecte nos océans et l’interface océan-atmosphère; impacts des activités humaines provenant des milieux terrestres, mais aussi les impacts des activités provenant des océans, des eaux de ballast, la question des risques et catastrophes, l’élévation du niveau marin et l’érosion côtière, le réchauffement des eaux marines de surface, leurs pertes d’oxygène et leur acidification, etc…);
  • Ressources, écosystèmes, biens et services écosystémiques et habitats (l’halieutique, l’aquaculture, le tourisme côtier, les transports maritimes, les ressources du sous-sol marin dont le gaz, le pétrole, les minéraux lourds, etc…) ;
  • Questions politico-juridiques et économiques dont l’économie bleue : droit de la mer en rapport avec UNCLOS, le Plateau continental et la ZEE, ABNJ et BBNJ, ILBI (à caractère contraignant, etc…) ; le potentiel de l’Economie Bleue dont les ressources renouvelables, la désalinisation, les questions liées au droit, à la protection et à la sécurité maritime, etc… ;
  • Promotion de la recherche, de la science, de la technologie et de l’innovation dans le domaine des sciences de la mer et du développement durable, y inclus, la géo-ingénierie des océans, l’exploitation du gaz et du pétrole et des ressources minières en mer.

Le choix de ces thématiques est en cohérence avec la Vision de l’Union Africaine (UA) sur le Développement durable des océans de notre continent conformément aux orientations stratégiques de l’Agenda 2063 de l’UA, de la Stratégie AIMS/African Integrated Marine Strategy 2050 (UA/AIMS 2050) et de son Plan d’Action et du Sommet de Lomé. En plus, ces thématiques s’inscrivent en droite ligne avec les ODD 14 (Marine & Coasts), 13 (Climat) et 15 (Biodiversité).